» » La plus Haute Tour de Logements en Bois

Tour de logements en Bois

Construction en Bois

 

La plus haute tour en bois résidentielle de France est officiellement habitable. "Eiffage, à travers sa filiale Eiffage Immobilier, livre actuellementà ses occupants les 100 appartements de la tout Hypérion à Bordeaux.", a annoncé jeudi le groupe BTP.

Un appel à projets visant à construire une tour en structure bois d'une hauteur jamais réalisée en France afin d'accompagner la structuration de la filière française du bois de construction.

 

En Europe, seule la tout HoHo à Vienne bat leur record de hauteur de bois avec 84 mètres.

 

Après, on peut préférer un petit abri de jardin...

 

Représentations et emblème de la Tour de Babel


Depuis le Moyen Âge, l'histoire de la Tour de Babel est illustrée par une série d'images, dont la plus emblématique est, contre toute attente, une gravure sur bois du XVIe
 siècle qui apparaît à plusieurs reprises dans la Cosmographie de Sébastien Munster.

Par sa sécheresse,elle évacue le rêve architectural des enlumineurs, graveurs et peintres que Pieter Brueghel l'Ancien (1525-1569) a magnifié dans une oeuvre qui confine au vertige.

De plus, dépouillée de toutes les références aux vestiges de la Rome antique qui, dans nombre de placards protestants du XVIe  sont autant de charges anti-papistes, cette gravure sur bois est un signe universel. Loin de toutes les reconstitutions historicisantes des veduti baroques et des panoramas romantiques qui cherchent à rendre tangible la réalité des siècles passés, la gravure de la Cosmographie est quasiment un emblème. Ainsi, par son utilisation, tel un poncif, elle devient un avertissement incessant contre le leurre qui détourne l'homme de l'Alliance. 

 

Rémy VALLEJO, dominicain

 

Alors que les maisons en bois n'étaient pas courantes auparavant en Inde, en raison des conditions climatiques extrêmes, elles sont maintenant de plus en plus recherchées car les gens ont commencé à chercher des alternatives écologiques lorsqu'il s'agit de choisir leurs maisons de vacances.

 

 

 

S'il n'est pas possible d'avoir une maison entière en bois, le matériau peut tout de même être utilisé de manière prédominante pour avoir une idée de la conception d'une maison en bois.

Pour les amoureux de la nature, une maison en bois est un endroit idéal pour passer du temps. 

 

 

Selon une nouvelle étude, un boom du logement en bois est nécessaire pour atteindre les objectifs climatiques - mais est-ce possible ?

 

 

 

Selon une nouvelle étude, le fait de loger 90 % des personnes qui emménagent dans les villes dans des immeubles de moyenne hauteur construits en bois d'ingénierie pourrait permettre au secteur de la construction d'économiser 106 milliards de tonnes de CO₂ d'ici 2100. Selon les chercheurs, cela permettrait de limiter les émissions totales du secteur, qui menacent de consommer entre 35 et 60 % du budget carbone restant pour stopper le réchauffement climatique à 2°C avec l'utilisation continue du ciment et de l'acier.

 

Les recherches portent également sur la comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre des bâtiments. Pas seulement les émissions opérationnelles, telles que celles résultant de la combustion de gaz fossiles pour le chauffage, mais aussi les émissions intrinsèques : les gaz réchauffant l'atmosphère qui ont été libérés lors de la cuisson des briques ou de la production de l'acier des poutres.

 

On est toujours à la recherche de solutions élégantes aux nombreux défis que pose le changement climatique. Et si j'admire l'ambition de ces propositions, je suis sceptique quant à leur faisabilité.

 

Le bois d'ingénierie (contrairement au bois d'œuvre, qui est du bois découpé en planches ou en poutres) désigne un certain nombre de matériaux de construction composites fabriqués en collant du bois pour lui conférer des qualités uniformes et prévisibles. Un produit en bois d'ingénierie bien connu est le bois lamellé-croisé, ou CLT, qui est fabriqué à partir de panneaux de bois disposés perpendiculairement.


La stabilité et la résistance accrues qui en découlent font du CLT un substitut approprié aux matériaux conventionnels tels que le béton et la brique, et il peut supporter la charge nécessaire à la construction de bâtiments de taille moyenne (généralement entre cinq et dix étages), comme le suggère l'étude.


Le processus de fabrication du bois d'ingénierie nécessite toutefois plus d'énergie que la coupe du bois en grume, et génère donc plus d'émissions. Certains adhésifs de collage peuvent également être toxiques. Un boom de la construction en bois serait-il vraiment bénéfique pour l'environnement et permettrait-il de conserver suffisamment de carbone dans les bâtiments et hors de l'atmosphère ?

 

Durée de vie des constructions

 


Deux éléments sont à prendre en compte pour calculer les émissions liées à l'utilisation du bois d'ingénierie. Premièrement, le CO₂ capturé par l'arbre en croissance d'où provient le bois. Cela établit un bilan carbone négatif : à ce stade, le matériau absorbe plus de carbone qu'il n'en libère.

 

Deuxièmement, le processus de fabrication qui produit le bois d'ingénierie utilise de l'énergie et émet donc du carbone. Le bilan entre les deux est toujours négatif, ce qui signifie que la fabrication émet moins de carbone que le bois n'en absorbe pendant sa croissance. La quantité de carbone stockée au début de la durée de vie d'un bâtiment est donc plus importante.

 

Ce qui se passe à la fin de cette durée de vie déterminera en fin de compte si un bâtiment principalement construit avec du bois d'ingénierie reste négatif en termes de carbone. Si le matériau d'un bâtiment déconstruit est envoyé à la décharge et laissé à pourrir sans que les gaz soient capturés, ou s'il est incinéré, le carbone stocké dans le bois d'ingénierie retournera dans l'atmosphère, et il n'y aura pas de stockage net de carbone.

 

Selon la Royal Institution of Chartered Surveyors, les maisons et autres bâtiments tels que les bureaux ont un cycle de vie du carbone d'environ 60 ans. Cette durée correspond à la durée de vie prévue du bâtiment et tient compte du carbone stocké et émis pendant la construction, l'utilisation et la déconstruction.

 

Ce n'est que si le bois d'ingénierie est entièrement recyclé en nouveaux produits que les hypothèses relatives au stockage du carbone dans les produits du bois récoltés seront valables. Cependant, un bâtiment construit en bois d'ingénierie contiendra toujours de nombreux matériaux conventionnels, notamment des fixations métalliques, des vis, des clous, des carreaux et du verre. Ces matériaux peuvent contenir une quantité importante de carbone incorporé que l'article ne semble pas prendre en compte.



Construire jusqu'à la consommation zéro

 


Selon l'étude, les plantations qui s'étendent de 3,6 millions d'hectares chaque année fourniraient suffisamment de bois d'ingénierie pour créer des logements pour les nouveaux résidents urbains jusqu'en 2100. À l'heure actuelle, les plantations du monde entier s'étendent sur environ 2 millions d'hectares par an, selon l'étude.

L'augmentation significative de la superficie des terres consacrées à la production de bois n'est peut-être pas possible dans tous les pays, en particulier là où les terres sont rares et où la concurrence avec la production alimentaire est féroce. Les nouvelles plantations risquent de ne pas se développer comme prévu en raison des sécheresses ou des incendies de forêt.

 

 

L'espace pour les nouvelles plantations de bois n'est pas garanti. 

 

 


Certains pays pourraient avoir du mal à se permettre d'investir dans un secteur de la construction en bois d'ingénierie par leurs propres moyens. Les réglementations nationales en matière d'urbanisme varient également, de sorte que l'expansion à grande échelle des villes utilisant le bois d'ingénierie peut être difficile à approuver et à réaliser. Le plan décrit par les chercheurs nécessiterait également une action concertée entre de nombreux pays différents.

 

 

L'étude incite à l'optimisme quant à un avenir dans lequel la population urbaine croissante du monde trouvera refuge dans de nouveaux logements neutres sur le plan climatique. Mais elle émet des hypothèses qui seront difficiles à concrétiser. Sa plus grande contribution est peut-être de mettre en lumière les énormes défis à relever pour construire un monde "net zéro".