» » Abri de Chasse, l'Armagnac à l'heure des Palombes

Abri de Chasse, Palombière

 

Découvrez un abri de jardin hors du commun : la palombière.

 

De la mi-octobre à la mi-novembre, Joseph, Dédé, Jean-Jacques, Jean-Marc et son fils Thomas se retirent dans un sanctuaire particulier, un abri de jardin en bois dédié à la palombière. Cet espace sans permis de construire est une ode à l'oiseau bleu, à la magie de sa migration, à la convivialité et aux plaisirs de la table.

Dans cet abri de jardin en bois massif, le temps prend une dimension singulière. Il s'écoule au rythme des repas pantagruéliques, étiré entre les instants suspendus des passages de palombes. Lorsque ces oiseaux se posent dans les arbres qui dominent la cabane, le sablier s'accélère, suivant le battement des cœurs des chasseurs.

La construction, réalisée il y a une quinzaine d'années par l'équipe de Joseph avec des matériaux de récupération, des fougères et des filets de camouflage, attire les chasseurs chaque jour pendant un mois environ. Nichée dans les chênes, la palombière s'étend sur une surface de 8 m par 4, avec deux postes de guet et 115 m de tunnels qui permettent de se déplacer dans toute la zone boisée.

Joseph, au volant de son tout-terrain "porte-palombes", explique que les palombes qui séjournent dans la région sont des migratrices en quête de nourriture, évoluant entre les chênaies. Contrairement aux sites de grands passages, pas besoin de se lever à l'aube. La chasse commence vers 9 heures, suivant un rituel immuable. Les appeaux, prêts à être mis en place, attendent calmement, peu importe les intempéries, sur le "porte-palombes". Une aventure unique qui s'inscrit dans le tempo naturel de la migration des palombes. Profitez de cette expérience hors du commun au cœur de la nature avec la palombière, un abri de jardin qui célèbre la magie de la chasse.

 

Les dates d’ouverture et de fermeture de la chasse

 

Face au vent !

 

Comme les palombes se posent toujours face au vent et que celui-ci souffle aujourd'hui en provenance du nord-est, les appeaux seront placés au niveau du poste de guet sud. Une demi-douzaine d'entre eux, munis d'un casque pour les appaiser, sera fixée sur les balanciers au sol.

 

Dans les chênes, sur les papillonneuses et les glaneuses, les appeaux doivent impérativemnt ouvrir leurs ailes tout en douceur pour imiter les palombes qui se nourrissent de glands.

On n'y place donc que des palombes calmes, élevées à la main.

 

Ces dernières, les bien nommées "aimables", ne sont pas casquées. "Sans quoi, les palombes sauvages, qui détecent aisémént l'artifice, refusent de se poser", explique Joseph.

Les appeaux en place, tout le monde rentre dans la palombière. L'espace est confortable, un vrai peiti chalet !

Les Gascons savent prendre soin d'eux, et un feu est vite allumé. De la ventrèche grillée pour le petit déjeuner, ça commence bien, non ?

 

Plongez dans l'univers captivant de la palombière, où chaque instant est une célébration de la nature, de la camaraderie et de l'art de vivre. Une fois la "légère" collation savourée, tout le groupe converge vers le poste de guet, les regards tournés vers le ciel en anticipation du passage des oiseaux bleus. L'exiguïté du lieu favorise les palabres animées, les discussions enflammées et les éclats de rire, créant une atmosphère festive et chaleureuse. Cependant, dès que les contours des volées d'oiseaux se dessinent à l'horizon, une solennité s'installe, et un silence de plomb enveloppe la scène.

Sous l'ombre matinale, tel un orchestre bien accordé, chaque membre connaît instinctivement sa partition. Les câbles s'animent, agitant les appeaux casqués au sol pour captiver le regard des palombes en vol. Une fois le vol dévié, les papillonneuses et les glaneuses entrent en scène, charriant les oiseaux vers les majestueux chênes pour une escale gracieuse.

Captivées par le charme, les palombes offrent alors aux chasseurs une occasion parfaite. Silencieusement à travers les tunnels, ils approchent le lieu de repos, coordonnent leurs gestes et décochent leurs coups, chacun visant une proie différente.

À midi, la palombière se transforme en un havre boisé, une auberge regorgeant des délices du terroir. Des mets raffinés, du foie gras aux cèpes, ponctués par la traditionnelle croustade à l'armagnac, arrosée de floc de Gascogne, sont dégustés pendant l'heure et demie du repas, parfois étendu...

"En dehors de la chasse, notre bonheur réside dans le partage, dans la convivialité autour d'une table, invitant des amis. La palombière est avant tout un lieu d'échange !" confie Joseph, l'âme du groupe.

Une fois le festin terminé, dans une douce léthargie, chacun retrouve son poste, scrutant l'horizon. Les vols de palombes se multiplient, jusqu'à ce qu'une d'elles dévie. Alors recommence le ballet envoûtant des appeaux, tant sur le sol que dans les cimes des arbres.

De génération en génération, la passion persiste. Thomas, le benjamin, a l'honneur de récupérer une palombe, incarnant la pérennité d'une passion ancrée dans cette terre du Sud-Ouest. La palombière devient le théâtre vibrant de la vraie vie, où l'on célèbre l'art de vivre, la chasse et l'amour profond pour la palombe. Une histoire qui se transmet, résonnant dans chaque coup de fusil et chaque regard pétillant, capturant l'essence même de cette tradition séculaire.

 

 

 

 

.