» » Les Maisons en Bois Paysannes

Maison en Bois

Les maisons paysannes, les chalets de la Picardie !


Dans la Somme, les maisons paysannes, plus particulièrement les maisons à ossature de bois et en torchis, témoignent d’un savoir-faire particulier au département.
Les grands défrichements forestiers, qui débutent dès le Xe siècle, ont rendu le bois rare et les quelques carrières de craie, souvent réservées aux maçonneries des
églises et des châteaux, ne fournissent pas en matériaux de construction. C’est donc la terre argileuse qui est la base des matériaux : le torchis de terre crue et la brique
de terre cuite.
Ce bâti, par nature fragile, a peu résisté aux 2 guerres qui ont affecté l’Est et le Centre de la Somme en 1914/18 et 1939/45.
Dans l’Amiénois et l’Ouest du département, même s’il est parfois négligé, ce patrimoine nous est parvenu dans un état encore significatif. Pour contribuer à le
faire apprécier dans sa diversité et à le préserver, nous en rappelons ici quelques caractéristiques et guidons les propriétaires vers des conseils simples d’entretien
ou de transformation.

 

La maison «paysanne» dans la Somme c’est le logis de la ferme.
La ferme en torchis, emblème des villages du Vimeu, du Ponthieu et du Plateau picard. C’est encore la ferme en maçonnerie de brique du Santerre et du Vermandois, celle en maçonnerie mixte de moellons de craie et de brique des fermes d’abbayes ou de châteaux. 

 

C’est également la maison de village des petits notables, des ouvriers agricoles ou la maison de pêcheur sur le littoral, la maison de maraîcher des hortillonnages,
la maison du petit artisan, dans le Vimeu industriel par exemple. C’est dans cette famille de maisons qu’on situe la maison des quartiers anciens d’Amiens,
Saint Leu en particulier car la structure constructive est la même.

 

La maison paysanne est rarement isolée, elle fait partie d’un ensemble bâti soit parce ce que le logis est un élément de la ferme au même titre que l’étable, l'abri de jardin ou la grange, soit parce que les maisons, contigües les unes aux autres le long des rues villageoises, forment un ensemble homogène. 

 

C’est une architecture rustique, simple et fonctionnelle qui, durant des siècles, utilise et optimise les ressources locales pour la production des matériaux et le savoir-faire.
Le logis de la ferme résulte, comme les granges ou les chalets bois, du même principe que le paysan mettait en œuvre lui-même avec l’aide éventuelle d’un charpentier.
La terre argileuse est la base des matériaux. Il existe des variantes liées soit au climat comme le torchis blanchi près du littoral, soit à l’influence des régions
voisines comme les façades couvertes de «clins» de bois du Sud Amiénois ou les constructions en craie du Doullennais.

 

Il en résulte une palette délicate et réduite de matériaux et de couleurs. Elle est peu pourvue de décor, les détails qui peuvent apparaître comme tels sont souvent des solutions pour éloigner la pluie des murs comme les soubassements et les « coyaux ».
Les ouvertures (fenêtre, porte, lucarne) sont rares et toujours plus hautes que larges.

 


Elle est culturelle et technique car chaque détail d’architecture est une ouverture vers une variation de formes, d’espaces, de matières, de couleurs, d’outils,
de termes et d’adjectifs qui qualifient ces nuances subtiles.
Et, c’est une page de l’histoire locale qu’il est utile de respecter pour contribuer à défendre la diversité des paysages régionaux.

 

Abécédaire de la maison paysanne

 

Appareillage «rouge barre».
Mise en œuvre qui superpose un ou plusieurs lits de brique et un lit de moellons de craie.

 

Appareillage «à couteaux».

Terminaison haute du pignon qui permet de constituer un angle régulier, en brique ou en brique et moellons de craie.

 

Ardoise naturelle pigments de couleur violette

 

Badigeon.

Recouvre les parois de torchis. Le badigeon est un mélange de chaux naturelle et de pigments

 

Brique du Nord.

Sa dimension est d’environ L= 22 x 11 x 6 cm, sa forme et sa couleur varient selon les argiles qui la composent et la durée de cuisson artisanale.

 

«Essentage».

Protection du pignon en tuile, en bois ou en ardoise. 

 

Fenêtre à deux ouvertures ou «vantaux». 

 

Lucarne à «bâtière».

Sa toiture a 2 pans, fermeture par volet plein.

 

Lucarne capucine.

Sa toiture a 3 pans, fermeture par volets persiennés.

 

Lucarne «tabatière».
Simple châssis de toit.

 

Porte d’entrée vitrée.

 

Porte d’entrée surmontée d’une imposte vitrée et  d’une marquise en verre et ferronerie.

 

Porte charretière.

Sa taille permet le passage de la charrette à foin. Elle est composée de 2 grandes portes en bois plein, redivisées en partie haute à claire voie 

 

Tuile mécanique dite «panne» de couleur orange.

 

Volets persiennés en bois.
Fermeture à fléau (barre transversale).

 

Volet plein en bois.

 

Trottoir en brique, en pied de façade.

 

La valeur du patrimoine «maison» est multiple: Elle est économique et financière car une maison «de charme» authentique et bien entretenue se revendra mieux qu’une maison vétuste…
 

 

La poétique des vieilles maisons nourries de souvenirs familiaux, de l’imaginaire attaché aux greniers et aux caves, aux escaliers qui craquent et aux volets
qui claquent… est un supplément d’âme qu’une maison neuve produit rarement.
Soit le propriétaire lutte contre la dégradation et l’inadaptation pour tendre vers une maison toujours neuve et «au cordeau», soit il apprécie la patine du temps, ces caractéristiques qui soulignent l’authenticité ou l’originalité et s’adapte aux aléas et à l’inexactitude.
Le regard du propriétaire sur sa maison en bois est donc primordial.


Il faut également un juste équilibre entre un entretien préventif du bâti, le bricolage et la décoration qu’on peut prendre plaisir à faire soi-même et les travaux
curatifs ou spécialisés qui doivent être confiés à des professionnels qualifiés.
Le propriétaire doit alors savoir devenir un commanditaire averti d’études et de travaux.

 

 

 

Vous trouverez ici une sélection des meilleurs fournisseurs de maisons en bois de taille moyenne et des fabricants de maisons en bois qui se consacrent depuis des générations à la construction de maisons en bois. C'est ainsi que sont nés des systèmes de construction en bois qui ont fait leurs preuves, qui ont été développés en permanence et qui sont à la pointe de la technique de construction. Ces fabricants de maisons en bois produisent exclusivement en Europe.

 

Que ce soit dans la vallée ou en altitude, la ferme occidentale marque le paysage de la culture comme peu d'autres bâtiments anciens - et elle est en bois, ce qui lui a permis de traverser plusieurs siècles. Nous avons demandé à un spécialiste, Klaus Seelos, qui travaille depuis 32 ans au musée de plein air autrichien de Stübing, qui ouvrira ses portes cette année le 18 mars avec une confection de bouquets de palmiers, quelles sont les caractéristiques typiques de ce type de bâtiment rural dans notre région et ce qui caractérise le matériau de construction bois. Seelos a mis la main à la pâte de la première à la dernière maison du musée de plein air, à savoir du maçonnage des pierres à la pose des clôtures, en passant par le collage des bardeaux et la couverture des toits de chaume. Il connaît mieux que quiconque la structure des vieilles maisons.

 

Quel est le plan typique de la ferme de la Styrie occidentale ?

 

La forme la plus ancienne est celle à deux pignons, mais des ajouts ont également donné naissance à des fermes à trois pignons. La maison monocellulaire d'origine a ensuite été dotée d'un toit, la "Laube", qui est un espace ouvert. S'y sont ajoutés un fumoir avec un fourneau ouvert et une cave, de sorte que la maison en trois parties est typique de nombreuses fermes. Si l'on avait besoin de plus de place, on ajoutait ce que l'on appelle un "Wiederkehr", c'est-à-dire une partie construite à angle droit, généralement plus basse que le faîte - ce plan à trois pentes est typique de la Styrie occidentale.

 

Comment les toits étaient-ils couverts ?


Jusqu'en 1850 environ, la Styrie occidentale était une région exclusivement couverte de toits de chaume.
Les bardeaux ne sont devenus abordables pour les paysans que lorsque les clous ont été fabriqués à la machine. En Styrie occidentale, on utilisait moins de mélèze, mais des bardeaux d'ardoise en épicéa.

 

Qu'en est-il de l'inclinaison du toit ?

 

L'inclinaison du toit est très raide, il n'y a pas non plus de toit à 45 degrés. Autrefois, on disait "soit deux chaussures en dessous de 45 degrés, soit deux ou trois chaussures au-dessus de 45 degrés".
La plupart du temps, l'inclinaison du toit est d'environ 50 degrés. Dans les vallées, les grilles dans les guiboles étaient typiques, car on séchait le cucurbitacé sous le toit.

Qu'est-ce qui fait le charme de ces maisons, selon vous ?

Les paysans ne construisaient pas en fonction de la beauté, mais uniquement en fonction de l'utilité et de la longévité, ce qui est très différent d'aujourd'hui, où chaque mur est mesuré au niveau à bulle. À l'époque, les murs n'étaient pas droits et réguliers, tout comme il n'existe nulle part dans la nature une ligne droite ou un angle droit - ce qui est attrayant pour les humains. De plus, on travaillait selon les mesures naturelles ou corporelles, c'est-à-dire la coudée, le pied, etc.

 

Quel bois était utilisé ?

 

Dans les régions montagneuses, c'était l'épicéa. L'épicéa se trouve naturellement à partir de 700 mètres d'altitude, c'est pourquoi on descendait souvent ces troncs d'arbres des hauteurs pour la construction des maisons. Dans les vallées, on construisait beaucoup en bois de pin. Le pin est un beau bois droit, donc facile à tailler. Pour que le mur soit étanche, il a été recouvert d'argile à l'intérieur et à l'extérieur.


Comment le bois a-t-il été travaillé pour la construction de la maison ?

 

On a presque toujours abattu le bois en hiver, lorsque le transport dans la neige en aval est plus facile avec le traîneau. En outre, on faisait très attention à la lune lors de l'abattage. En principe, il vaut mieux abattre en octobre qu'en février, car comme le dit une vieille règle paysanne : "La sève commence à monter à partir de Fabian et Sebastian", c'est-à-dire le 20 janvier.

 

Ces maisons ont en effet jusqu'à 500 ans - comment cette longévité peut-elle être atteinte pour le bois ?

 

Une fois que les troncs d'arbres avaient été placés dans la future maison, ils étaient coupés de deux côtés et laissés à sécher. Ainsi, le bois a pu se tordre, car le cœur est partout dans le vieux bois.
La qualité est donc un facteur de temps, d'où la longévité.
La plus ancienne maison du musée en plein air est un grenier à céréales datant de 1452.


Pour qu'un bâtiment en bois soit en bon état, il faut que l'humidité ne puisse pas s'infiltrer par le bas et qu'il y ait suffisamment d'auvents pour que la pluie ne puisse pas atteindre les murs. Si le bois était aussi fragile que beaucoup le pensent, nous n'aurions pas une seule maison du musée en plein air qui ait environ 300 ans.

 

L'aspect écologique ?

 

Ces maisons ne laissent aucun déchet derrière elles. Si l'on laissait un tel objet ancien s'effondrer sur une période de 100 ans, il ne resterait qu'un tas de pierres, quelques morceaux de verre, quelques débris de fer très rouillés provenant de la cuisinière et des fenêtres, et quelques tessons de céramique en terre provenant de la cuisine. Les nouveaux arbres pousseraient déjà à travers le sol, les murs et le toit, sans que personne n'y contribue. La boucle est ainsi bouclée.